• Bruno Lenain

La réforme des retraites

Alors que le 11 octobre les discussions sur les retraites entre le Gouvernement et les syndicats ont commencé, l’agence vous propose un point sur les enjeux et les évolutions à en attendre.


Bruno LENAIN Agent Général L’agence partenaire



QUELS SONT LES ENJEUX ?

Selon la Première Ministre Elisabeth Borne : « Notre modèle social est un paradoxe. À la fois l’un des plus généreux et l’un de ceux où l’on travaille le moins longtemps. Notre système de retraite est une exception alors que l’on part plus tard chez la totalité de nos voisins européens ».

Dans un régime par répartition en effet, les actifs paient la pension de ceux qui sont actuellement à la retraite.

Dans les années 60, le système était viable car on comptait à l’époque 4 actifs pour 1 retraité.

Aujourd’hui, avec 1,4 cotisant pour 1 retraité dans le privé et 0,9 cotisant pour 1 retraité dans le public, il faudrait taxer les salaires à 28 % dans le privé et à 89 % dans le public pour atteindre l’équilibre.

L’augmentation de l’espérance de vie au cours des dernières décennies explique en grande partie ce déséquilibre.


QUEL CALENDRIER ?

Le candidat Emmanuel Macron parlait déjà de cette réforme des retraites lors de sa campagne électorale pour l'élection présidentielle de 2017, en proposant la création "d'un système universel des retraites où un euro cotisé donne les mêmes droits, quel que soit le moment où il a été versé et quel que soit le statut de celui qui a cotisé".

Deux premiers textes ont été adoptés en mars 2020, les lois ordinaire et organique de réforme des retraites.

Avec la crise sanitaire, le projet de loi organique a été adopté, mais n’a pas été soumis au Conseil constitutionnel avant promulgation.

Actuellement, Le gouvernement ne souhaite pas maintenir ce texte en l'état, mais faire adopter un projet de loi «avant la fin de l'hiver» pour mettre en place la réforme dès l'été 2023.


QUELLES PISTES A L’ETUDE ?

Des discussions se sont engagées avec les partenaires sociaux sur les sujets suivants :

· le report de l'âge légal de départ à la retraite à 65 ans, contre 62 ans à l'heure actuelle (63 ans en réalité compte tenu de la décote récemment introduite).

Il s’agit de relever progressivement l'âge de 4 mois par an, afin d'atteindre les 65 ans en 2031, un point d’étape étant réalisé en 2027 ;

· le dispositif des carrières longues ;

· la prise en compte de la pénibilité ;

· les aménagements de fin de carrière ;

· l'emploi des séniors ;

· la suppression des régimes spéciaux (SNCF, EDF…), mais désormais uniquement pour les nouveaux entrants dans ces régimes spéciaux ;

· une pension retraite minimum de 1100€ pour les carrières complètes ;

· une indexation des pensions de retraites sur l'inflation.


L’issue de ces échanges avec les partenaires sociaux reste bien sûr incertaine, et cette réforme n’est sans doute pas la dernière que nous connaîtrons d’ici notre passage à la retraite.

Se constituer une épargne de précaution qui ne dépende pas de décisions à venir du législateur est donc le seul moyen aujourd’hui d’être serein pour son avenir.



LENAIN BRUNO (Agence)

agencea2p.bruno.lenain@axa.fr